Accueil     NEWS     Livre d'or     Contact     Liens     Photos     Rechercher     DATES  
SwingJO Index du Forum SwingJO
Jo Privat, l'accordéon swing et la valse musette
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres     S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Swingjo faire un don 

Une interview de Pascal Contet

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SwingJO Index du Forum -> Charlan GONSETH (1942-2017) ses entretiens
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
charlan
Membre actif


Inscrit le: 22 Jan 2009
Messages: 1505
Localisation: La Chaux-de-Fonds (Suisse)

MessagePosté le: Jeu Juil 23, 2009 6:13 pm    Sujet du message: Une interview de Pascal Contet Répondre en citant

Bonjour les amis !

En juin 1993, on annonçait à La Chaux-de-Fonds l'exposition « L'Accordéon concertant un instrument européen ». Qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ?

Accordéoniste, je me devais de la visiter. Elle était présentée par Pascal Contet qui en était le concepteur. Et j'ai fait la connaissance de Pascal que j'avais déjà vu une ou deux fois en concert sans l'avoir approché.

Le 7 juin, au restaurant " Trattoria Toscana ", La Chaux-de-Fonds, nous avions l'entretien suivant :



C : J'ai le plaisir d'être aujourd'hui en compagnie d'un accordéoniste concertiste que certains d'entre vous ont déjà entendu et vu à plusieurs reprises dans notre région, Pascal Contet. Salut Pascal !

PC : Bonjour !

Pascal, on va peut-être tout d'abord te situer. Tu es Suisse ou tu es Français ?

Difficile à dire... En fait, je suis Français. Je suis né près de Paris, dans une ville qui s'appelle Compiègne.
Et puis, j'ai beaucoup d'attaches en Suisse parce que j'ai étudié deux années au Conservatoire de Fribourg pour les branches théoriques.
Et après, je suis parti en Allemagne. Et j'avais à peine fini les études que le Conservatoire de Berne me rappelait pour diriger une des classes d'accordéon, puisqu'il y en a deux.

Donc, tu es professeur au Conservatoire de Berne et tu y diriges une classe d'accordéon.

Voilà, c'est ça. Et j'habite Belfort pour des raisons pratiques. Parce que c'est près de Paris. Et les villes de Paris, Berne, Belfort, Bâle ne sont pas très éloignées entre elles.

Les classes d'accordéon arrivent gentiment dans nos conservatoires en Suisse. A quoi est-ce qu'on en est ?

Alors, effectivement, il y en a un petit peu partout, surtout en Suisse Romande. Il y a, à Fribourg, une classe professionnelle. Il y en a une à Sion, deux à Berne, une à Bienne, avec Ancelotti, une à Delémont. Mais je crois que ça pourrait se généraliser un petit peu dans tous les autres conservatoires.
Il existe certainement d'autres classes. J'en oublie au passage, mais voilà les plus importantes.

Et à La Chaux-de-Fonds et à Neuchâtel, qu'est-ce que tu en penses ?

La Chaux-de-Fonds..., hé hé, La Chaux-de-Fonds..., c'est une longue histoire... Parce que j'avais déjà contacté, il y a quelques années, le directeur, qui n'avait pas forcément compris.
Enfin je crois qu'il n'a pas eu vraiment le nez fin. Il n'a pas vu dans l'accordéon un instrument qui est en train d'évoluer.
Et surtout qui évolue dans tous les pays d'Europe et dans les plus grands conservatoires.
Même Paris commence à s'y intéresser. Il y aura donc forcément, un jour ou l'autre, une classe d'accordéon à La Chaux-de-Fonds. On verra par la suite. Mais je pense que, de toute façon, tout le monde va s'y mettre. Ca se fera un jour, c'est sûr.

Pascal Contet, tu es un accordéoniste concertiste. Qu'est-ce que c'est qu'un accordéoniste concertiste ?

C'est un nom un petit peu ronflant qui veut dire que l'on donne des concerts, pas forcément des galas de variétés.
Le concertiste travaille surtout des répertoires qui sont écrits spécialement pour l'accordéon, surtout dans la musique originale, donc, forcément de la musique contemporaine puisqu'on demande à des compositeurs d'écrire spécialement.
Et depuis deux, trois ans, je me spécialise justement dans ce répertoire et je m'approche de compositeurs. Certains sont très connus, d'autres un petit peu moins.
Chez les plus connus il y a Jean Françaix qui vient de m'écrire un concerto pour accordéon que je jouerai à Lausanne avec l'Orchestre de Chambre de Lausanne, encore un autre point d'attache en Suisse. On fera ça en novembre 94.
Et puis ce concerto, on le reprendra en Allemagne pour la création allemande. Puis il y aura une tournée, certainement en 95.
Et puis, il y a d'autres compositeurs comme Jean-Pierre Drouet qui m'écrit une pièce pour percussion et accordéon. Et cette pièce, j'aurai le plaisir de la jouer le 23 septembre à Strasbourg, dans un festival de musique contemporaine qui est le numéro un de France.
Et là, ce sera avec les Percussions de Strasbourg, tout au moins avec un des percussionnistes de Strasbourg. A mon avis, ça va faire une sensation.

Dans le fond, tu te produis assez souvent ?

Assez, je dois dire. En plus, je suis inscrit dans une agence artistique depuis quelques mois. Les contacts commencent à se faire. Il s'agit de contacts qui se répercutent souvent sur plusieurs années.
Il y a déjà des projets pour 95. J'ai la chance c'est vrai, en ce moment, d'être sous une bonne étoile. Je crois que ça commence à intéresser pas mal d'organisateurs de spectacles. Parce que c'est complètement différent de ce qu'on connaît de l'accordéon.

Et, tu joues aussi de la variété ?

Très peu, tout dépend de ce qu'on entend par " variété ". C'est vrai que j'essaie en tous les cas, dans les programmes, d'être varié. Ça, ça peut aller parfois de François Couperin pour montrer que l'accordéon, aussi, peut s'adapter à des musiques qui n'ont pas été écrites pour lui...
Et puis, en variété populaire, il m'est arrivé de jouer, pour l'enregistrement d'un disque compact d'un groupe de rock allemand, une petite chanson dite en français. Là, c'était vraiment un accompagnement.
Et puis il m'est arrivé de faire, comme on dit, des " b½ufs " avec un groupe de hard-rock ou avec un groupe de blues. Mais là, c'est vraiment pour le plaisir.

Armand Lassagne me disait, il y a quelque temps, que la demande pour l'accordéon de concert est faible. Vingt-cinq violonistes dans un orchestre, ça se voit, mais vingt-cinq accordéons, ça n'existe pas.

C'est sûr que la place est difficile à obtenir. Mais en même temps, je crois qu'il ne faut pas avoir 25 accordéons, 30 accordéons. On imagine également, par exemple, très mal 25 pianos.
L'accordéon est un instrument qui ne demande pas, justement, à être multiplié, puisque c'est un instrument, de toute façon, très complet.
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec Armand Lassagne lorsqu'il dit que l'accordéon de concert a peu de place. Il en aura, à mon avis, de plus en plus. Pour preuve, voyez déjà les concerts et les contacts que j'ai pour l'année 1994 avec des orchestres.
Je suis en contact avec l'orchestre de la Radio-télévision de Moldavie, avec l'Orchestre Symphonique Göttingen en Allemagne. Il y a, comme je l'ai dit, l'Orchestre de Chambre de Lausanne. L'orchestre de Radio-France s'intéresse aussi à un concerto.
En général, l'accordéoniste joue en soliste. Si on a la chance d'avoir la place, tant mieux. Mais, il faut avoir les nerfs solides. Parce que ce n'est pas non plus toujours facile dans ces orchestres. Beaucoup d'instrumentistes vous attendent au tournant pour pouvoir dire " Oh, l'accordéoniste, ce n'est pas un musicien ! ".
Et puis, d'autre part, c'est important de montrer que l'accordéon peut s'adapter vraiment à une formation classique. Je crois que c'est simplement une question de pays. Il est vrai qu'en Suisse ou en France, même en Italie ou en Espagne, pays plus ou moins latins, on a tendance à voir l'accordéon surtout dans le milieu populaire, traditionnel
Aujourd'hui, ça change un petit peu. Les organisateurs sont moins sceptiques lorsqu'ils voient arriver un accordéoniste comme soliste dans un orchestre symphonique. Il y a un avenir, quand même, qui s'offre à l'accordéon. Pour ça je suis assez optimiste.

Pascal Contet, tu es concepteur d'une exposition qui s'est tenue à La Chaux-de-Fonds avant les vacances... et pendant les vacances et qui a pour thème " L'accordéon concertant, un instrument européen ". Cette exposition, est-ce qu'elle a lieu aussi ailleurs qu'à La Chaux-de-Fonds ?

Oui bien sûr. Mais ce qui est bien avec La Chaux-de-Fonds, je ne sais pas pourquoi d'ailleurs, c'est que j'ai des contacts très importants avec le Théâtre ABC, le Centre de culture ABC pour lequel j'ai déjà joué plusieurs fois. Et c' vrai que ça marche très bien avec eux.
Et quand j'ai proposé cette histoire d'exposition, tout de suite on m'a dit de contacter le Musée d'histoire. Il s'est trouvé que l'exposition, à l'époque, était en France.
La conservatrice, Sylviane Musy-Ramseyer, est venue la voir. Et puis, elle m'a dit " On est intéressés ". D'une location d'un mois prévue au départ, on est arrivé à quatre mois. Ce n'est pas mal.
Cette exposition montre l'accordéon sous toutes ses faces. Il ne montre pas simplement l'accordéon concertant. On part des origines, dans la noblesse du 19ème siècle, jusqu'à aujourd'hui. On voit l'instrument dans son côté folklorique, populaire, musette, jazz et aussi dans la musique contemporaine.
Je crois que c'est intéressant pour les élèves, comme pour le public qui le découvre.
Et puis les personnes qui ne seraient certainement jamais allées écouter un concert d'accordéon, parce qu'elles ont trop de préjugés, vont voir une exposition parce qu'elles sont plus habituées à aller au musée.
En ce qui concerne la suite de l'exposition, un agent s'en occupe. Pour l'instant, on va la laisser un petit peu reposer pour voir ce qu'on peut encore améliorer.
Et puis, dès 94 elle va partir en France. Il y a des projets pour la Finlande, les Pays-Bas, l'Allemagne et puis encore la Suisse par les services culturels de l'Ambassade de France : Voilà, donc, ça va bouger.

Un autre organisateur de cette exposition était l'" Association AIE "... Qu'est-ce que c'est ?

C'est l'association qui, en fait, a un petit peu patronné tout le système, comme on dit, logistique de l'exposition. Il faut savoir qu'il faut pas mal d'argent quand même pour monter un projet.
En plus, c'est un projet qui, au départ, devait se faire en Allemagne et puis qui ne s'y est pas fait. Il fallait que je trouve vraiment des moyens.
En France, pour trouver des moyens, il faut monter une association. Ensuite, on a droit à des subventions. C'est ce qui s'est passé. Le Ministère de la culture français a collaboré.
Il y a eu aussi la SACEM. Enfin il y a eu pas mal de monde. Et l'association a pour but de promouvoir l'accordéon de concert, mais en même temps promouvoir l'accordéon sous toutes ses formes.
Maintenant, nous espérons avoir assez de forces financières pour, en même temps, collaborer avec des compositeurs qui écrivent des pièces.
Et puis, si, un jour, ça se passait encore mieux, on pourrait aussi prévoir un méga-concert avec plusieurs styles. Différent toutefois des festivals que l'on trouve d'habitude, qui sont trop traditionnels et dans lesquels l'accordéon de concert n'a qu'une toute petite place parce qu'il est jugé trop sophistiqué pour le public qui ne comprend pas tout à fait le genre de répertoire.
Ce sera un peu ouvrir tout le monde à l'accordéon, et vraiment " tout le monde " avec un grand M.

Eh bien, Pascal Contet, il ne me reste qu'à te remercier de ta gentillesse et à te souhaiter plein succès dans toutes tes démarches pour promouvoir l'accordéon de concert, merci beaucoup, au revoir Pascal.

Au revoir, merci, ça a été un très grand plaisir pour moi de participer à cette émission.

A bientôt !


Les mois, les années ont passé. J'ai revu Pascal à quelques reprises, avec la contrebassiste Joëlle Léandre, avec l'ensemble Da Chiesa, avec le percussionniste Jean-Pierre Drouet, en soliste à Morges.

Personnellement, je n'apprécie pas toujours sa musique... Il le sait et en rigole...?

On parle assez souvent de lui dans la revue « Accordéon et Accordéonistes ».

Il fait plein de trucs. Mais je n'ai jamais pensé à lui demander ce qu'est devenue son exposition...

Voilà les amis, à la prochaine... avec Armand Lassagne !

Charlan
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
jc-erard



Inscrit le: 17 Jan 2005
Messages: 2657
Localisation: GENEVE

MessagePosté le: Jeu Juil 23, 2009 6:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Salut Charlan, Very Happy
Comme d'habitude, toujours aussi prenantes et bien racontées, ces histoires, une pure merveille.
Very Happy Un grand Merci de nous faire partager ces moments inoubliables...
Salutaswing
jc
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
olli1234
Membre actif


Inscrit le: 02 Aoû 2008
Messages: 1119
Localisation: Laval (53)

MessagePosté le: Lun Juil 27, 2009 6:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Charlan,

c'est un très grand musicien qui fait évoluer l'instrument.

http://www.pascalcontet.com/

Amitiés

olli
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
charlan
Membre actif


Inscrit le: 22 Jan 2009
Messages: 1505
Localisation: La Chaux-de-Fonds (Suisse)

MessagePosté le: Jeu Juil 30, 2009 5:52 pm    Sujet du message: Pascal Contet Répondre en citant

Salut Olli !
Oui, Pascal est un grand musicien.
Tu as vu son agenda ? C'est assez impressionnant. Je n'étais jamais allé voir sur son site. En général, je lui téléphone ou je lui fais un mail.
Ce qui ne gâte rien, c'est qu'il est très gentil et modeste. Un peu farfelu peut-être, mais il faut des gens comme ça...
Ami
Charlan
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
olli1234
Membre actif


Inscrit le: 02 Aoû 2008
Messages: 1119
Localisation: Laval (53)

MessagePosté le: Jeu Juil 30, 2009 7:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Salut Charlan,

Effectivement, l'accordéon est un instrument qui a besoin d'une littérature classique ou contemporaine, comme on veut, et on peut remarquer que les Pays de l'Est, en particulier, sont en avance sur nous, dans les conservatoires, parce-qu'ils ont des oeuvres écrites spécialement pour l'instrument. Ces oeuvres sont difficiles à appréhender pour le néophyte, non seulement pour les jouer mais aussi les écouter. Il faut un véritable bagage musical. Quand on relit l'interview de M. Azzola que j'ai retranscrite, c'est ce qu'il disait déjà en 1966.

Pascal Contet va dans ce sens.

Amitiés

Olli
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
raudebert
Membre actif


Inscrit le: 22 Jan 2008
Messages: 1042
Localisation: zanzibar

MessagePosté le: Lun Nov 02, 2009 10:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

MERCI charlan
renée
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SwingJO Index du Forum -> Charlan GONSETH (1942-2017) ses entretiens Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com